ClickCease Comment construire un serveur Linux sécurisé à partir de zéro

Table des matières

Rejoignez notre populaire bulletin d'information

Rejoignez 4 500+ professionnels de Linux et de l'Open Source !

2 fois par mois. Pas de spam.

Comment construire un serveur Linux sécurisé à partir de zéro

Rohan Timalsina

Le 4 septembre 2023 - L'équipe d'experts de TuxCare

 

Un serveur Linux est un serveur construit sur un système d'exploitation basé sur Linux. Il est principalement utilisé pour gérer les serveurs web et les serveurs de base de données. Dans le paysage numérique actuel, la sécurité des serveurs Linux est primordiale pour les entreprises afin d'éviter les failles de sécurité et la perte de données sensibles. Cet article de blog propose un guide simplifié mais complet pour les administrateurs et les équipes de sécurité afin de construire un serveur Linux sécurisé à partir de zéro.

 

1. Sélectionner la distribution Linux

Bien qu'il existe de nombreuses distributions Linux, il est essentiel de choisir une distribution populaire et bien entretenue, en gardant à l'esprit les exigences du serveur et la sécurité. Voici quelques distributions couramment utilisées dans les entreprises CentOS, Ubuntu, Debian, AlmaLinuxopenSUSE Leap et RHEL.

Après avoir choisi une distribution appropriée, vous devez sélectionner la dernière version prise en charge du système d'exploitation pour continuer à recevoir les mises à jour de sécurité et les corrections de bogues de l'éditeur. Par exemple, si vous souhaitez opter pour AlmaLinux, nous vous recommandons de sélectionner AlmaLinux 9car elle sera prise en charge jusqu'en mai 2027.

 

2. N'installer que les paquets nécessaires

 

En optant pour une installation minimale, vous réduirez automatiquement la surface d'attaque. Par conséquent, pour établir un serveur Linux sécurisé, il est conseillé de n'installer que les paquets et les services nécessaires sur votre serveur. Vous pouvez également configurer les services pour qu'ils s'exécutent avec le moins de privilèges possible et désactiver les services inutiles.

 

3. Mises à jour du système et des paquets

 

Les progiciels et leurs dépendances sont souvent accompagnés des derniers correctifs de sécurité et de nouvelles améliorations. Il est donc essentiel de les mettre à jour fréquemment afin de s'assurer qu'il n'y a pas de fenêtre vulnérable pour une attaque. Chaque distribution Linux dispose d'un outil en ligne de commande pour gérer les paquets et les dépendances. Les outils de gestion des paquets tels que APT (Advanced Packaging Tool), RPM (Red Hat Package Manager), DNF (Dandified Yum), Pacman et Zypper facilitent la mise à jour de tous les paquets et dépendances sur le serveur.

 

4. Configurations du pare-feu

 

Le pare-feu est un système de sécurité réseau qui gère et filtre le trafic réseau en fonction de règles prédéfinies. Installez et configurez les paramètres du pare-feu pour n'autoriser que le trafic réseau essentiel à communiquer avec le serveur. Vous pouvez utiliser des outils tels que iptables ou UFW pour filtrer le trafic réseau entrant et sortant.

 

5. Durcir l'accès SSH

 

Vous pouvez sécuriser l'accès à distance en désactivant la connexion root pour SSH, en modifiant le port SSH par défaut, en désactivant l'authentification par mot de passe, en activant l'authentification par clé et en autorisant l'accès SSH à des utilisateurs spécifiques sur vos serveurs. 

 

6. Conformité aux risques

 

Conformité aux risques garantit que les configurations des serveurs sont conformes aux normes du secteur et aux cadres de risques informatiques. Elle comprend souvent des évaluations régulières des risques afin d'identifier et d'atténuer les failles de sécurité. Les entreprises peuvent empêcher l'exploitation des vulnérabilités potentielles et améliorer les défenses du serveur afin de maintenir un serveur Linux sécurisé.

 

7. Gestion des utilisateurs

 

La gestion des utilisateurs joue un rôle essentiel dans la sécurisation d'un serveur Linux. Une bonne gestion des comptes d'utilisateurs et des autorisations permet de contrôler l'accès aux ressources, d'empêcher les accès non autorisés et d'atténuer les risques de sécurité.

 

Suivre le principe du moindre privilège. Cela signifie que les utilisateurs ne doivent avoir que l'accès nécessaire pour effectuer leurs opérations. En règle générale, ils ne doivent pas se voir accorder de droits d'administration, sauf si cela est indispensable. En outre, désactivez ou supprimez tous les comptes par défaut que le système d'exploitation peut avoir préconfigurés. Les attaquants ciblent souvent ces comptes.

 

8. Utiliser le logiciel Live Patching

 

L'application de correctifs en direct est une technique avancée qui vous permet d'appliquer des correctifs de sécurité sans interruption de service ni redémarrage du serveur. Elle simplifie le processus difficile et fastidieux d'application des correctifs du noyau aux systèmes Linux d'entreprise.

 

KernelCare Enterprise de TuxCare est un outil automatisé de correction de la sécurité Linux qui peut corriger la plupart des distributions Linux d'entreprise populaires, y compris CentOS, RHEL, Debian, Ubuntu, Oracle Linux, Rocky Linux, AlmaLinux, et et bien d'autres encore. À seulement 59,50 $ par serveur pour un an, il fournit des correctifs de sécurité de niveau fournisseur, permettant aux utilisateurs de maintenir un serveur Linux sécurisé sans avoir à subir des temps d'arrêt inutiles.

 

9. Sauvegardes régulières

 

Des sauvegardes régulières sont toujours recommandées pour garantir la récupération des données en cas de violation de la sécurité, de défaillance matérielle ou de suppression accidentelle. Les sauvegardes peuvent être stockées sur un disque dur physique, sur un serveur distant ou dans un espace de stockage en nuage, selon ce qui convient le mieux à l'infrastructure de votre serveur. Vous pouvez utiliser des outils en ligne de commande tels que rsync pour synchroniser et copier les fichiers entre les serveurs locaux et distants. En outre, la planification des sauvegardes à certains intervalles à l'aide d'outils d'automatisation réduit le risque d'erreur humaine et garantit la cohérence des sauvegardes.

 

Réflexions finales

 

En suivant les étapes décrites ci-dessus, vous pouvez construire un serveur Linux sécurisé et améliorer les défenses du serveur. Cependant, la sécurité n'est pas une tâche ponctuelle, mais un effort continu qui nécessite une attention et des mises à jour constantes. Les menaces évoluent, de nouvelles vulnérabilités sont découvertes et les attaquants développent de nouvelles techniques. C'est pourquoi les mesures de sécurité doivent être régulièrement revues et adaptées pour répondre aux nouveaux défis.

 

Les organisations doivent rester vigilantes et attentives aux risques potentiels en matière de sécurité. Ce n'est pas parce que vous avez mis en place des mesures de sécurité que vous pouvez vous reposer sur vos lauriers. Ce qui est considéré comme une meilleure pratique aujourd'hui pourrait ne plus être aussi efficace demain. Il est donc essentiel de se tenir informé des nouveaux vecteurs d'attaque et d'adapter les pratiques de sécurité.

Résumé
Comment construire un serveur Linux sécurisé à partir de zéro
Nom de l'article
Comment construire un serveur Linux sécurisé à partir de zéro
Description
Apprenez à construire un serveur Linux sécurisé à partir de zéro pour renforcer les défenses de votre serveur et protéger efficacement les données sensibles.
Auteur
Nom de l'éditeur
TuxCare
Logo de l'éditeur

Vous cherchez à automatiser la correction des vulnérabilités sans redémarrage du noyau, temps d'arrêt du système ou fenêtres de maintenance programmées ?

Découvrez le Live Patching avec TuxCare

Devenez rédacteur invité de TuxCare

Commencer

Courrier

Rejoindre

4,500

Professionnels de Linux et de l'Open Source
!

S'abonner à
notre lettre d'information